Le métier de Géologue


LA GÉOLOGIE

Géologie, carrière

La géologie est la science de la Terre (en grec  γη  ) signifie Terre). Le géologue étudie la Terre telle qu’elle est aujourd’hui et tente d’en reconstituer l’histoire. Il s’intéresse à tous les aspects de cette histoire, aux changements de relief, aux formes de la vie, aux climats, à la façon dont les montagnes s’usent et dont les boues se déposent sur les fonds océaniques.

Emblème de la géologie

Malheureusement, le géologue ne peut étudier directement que la surface de la planète. Les mines les plus profondes ne sont que des piqûres d’épingle dans la mince couche extérieure du globe terrestre. Les méthodes physiques apportent cependant au géologue des renseignements indirects, qui lui permettent d’élaborer des hypothèses sur la structure profonde de la Terre ; mais l’objet principal reste les roches et les processus qui les ont affectées.

Il y a deux raisons essentielles pour lesquelles l’homme étudie les roches : d’abord, la simple curiosité scientifique le pousse à s’interroger à propos du monde sur lequel il vit et à propos de son passé ; ensuite, la recherche des matériaux nécessaires aux activités économiques actuelles (sources d’énergie, minerais, etc.) est d’une importance capitale pour l’humanité.

Un géologue est souvent un découvreur envoyé, dans des régions peu connues, à la recherche de substances utiles; ces régions peuvent être recherche de substances utiles; ces régions peuvent être extraterrestres : le vol Apollo 17 (en 1972) a constitué la première phase véritable de l’exploration scientifique de la Lune. Le travail du géologue consiste d’abord à observer et à décrire.

La meilleure façon de rapporter ces observations est l’établissement d’une carte géologique, où sont localisés les différents types de roches rencontrés sur le terrain. Après cette première approche d’une région, l’étude des éléments qui la constituent se poursuit au laboratoire. Le travail d’exploration et de cartographie n’est jamais terminé, même pour les pays les plus étudiés.

Les ouvrages humains, ouverture de routes ou de tunnels, mettent à jour de nouvelles couches de terrain ; en outre, toute observation est liée aux connaissances théoriques que nous avons : l’homme observe plus avec son entendement qu’avec ses yeux, et telle région cartographiée peut révéler des faits nouveaux que nos prédécesseurs, moins bien équipés, n’avaient pu prendre en compte. Ainsi, en France, où le Service de la carte géologique existe depuis plus de cent ans, des portions du territoire sont remises à l’étude pour la couverture géologique du pays, au 1/50 000e.

Les aspects purement économiques de la géologie comprennent plusieurs parties : la recherche de minerais, métalliques ou non, la recherche de sources d’énergie, l’étude des eaux courantes et souterraines.

L’expertise pour les grands travaux (ponts, barrages, etc) se développe, des sommes d’argent considérables ayant été dépensées en vain pour des ouvrages d’art mal situés géologiquement et donc inutilisables. Partant du travail de terrain, lorsque les roches d’une région ont été étudiées, les fossiles déterminés, les structures expliquées, il émerge un récit cohérent de l’histoire de cette région, dont le début remonte souvent à plusieurs centaines de millions d’années.

Ainsi on arrive, de proche en proche à retracer l’évolution de la Terre jusqu’à nos jours. C’est là que se situe, sans doute, au-delà de ses aspects appliqués, le grand apport de la géologie à l’homme : lui montrer que la Terre est en perpétuel changement, que les montagnes se forment et s’érodent, que les mers envahissent les continents ou s’en retirent, que des océans s’ouvrent, que les roches s’altèrent pour donner d’autres roches, que les plantes et les animaux évoluent et se transforment donnant naissance à de nouvelles espèces.

Tous ces processus sont lents (le temps géologique s’évalue en millions d’années) et donc peu perceptibles à l’échelle humaine. Pendant très longtemps, on a pensé que le monde que l’on voyait était fixe et immuable, toujours identique à lui-même. Les fondateurs de « l’histoire naturelle », s’ils admettaient la possibilité de changements, les imaginaient sous la forme de cataclysmes dévastateurs permettant à un mode fixe de succéder à un autre monde fixe.

La géologie moderne apporte une vue dynamique de l’histoire de la Terre. Les roches ont enregistré un grand nombre des évènements survenus sur la planète depuis sa formation ; c’est à la lecture de cet enregistrement que s’applique le géologue.

 

L’homme et le monde minéral


Travail des pierres
Le travail du verre

Pour en savoir plus ….C’est en manipulant des nodules de silex que nos lointains ancêtres firent jaillir l’étincelle qui fut à l’origine du feu.

Des blocs entrechoqués, se détachent des écailles qui permettent de façonner des outils et des armes redoutables.

C’est en pétrissant l’argile que les premières poteries furent réalisées et que furent créés les premiers ustensiles indispensables à la vie sociale. Cuites au feu, elles donnèrent une chance aux premiers artistes de manifester leur personnalité. Sur les parois des grottes, d’autres artistes, avec de l’ocre et du charbon, avaient déjà donné la mesure de leur talent en traçant des animaux qu’ils chassaient de merveilleuses silhouettes. Pour construire leurs maisons qui succédaient aux cavernes, aux grottes et aux huttes, nos ancêtres apprirent à cuire l’argile pour en faire des briques ou des tuiles. Dès que les minerais purent être exploités et le bronze puis le fer utilisés, les hommes apprirent à tailler les pierres et à les appareiller pour construire des forteresses, des temples, des cathédrales, des villes.

Enfin, c’est en broyant les grains entre deux pierres qu’on apprit à fabriquer la farine qui donne le pain … l’agriculture était inventée, la civilisation agraire prenait son départ !.

On voit, par ces quelques exemples, tout ce que l’Homme doit au monde minéral qu’il a su utiliser avec une intelligence toujours en éveil.

En apprenant à construire, à pétrir, à peindre, l’Homme a fait l’apprentissage de l’art qui constitue peut-être sa plus belle conquête. Ci-dessous figure un tableau où sont présentés brièvement quelques exemples actuels : les différents matériaux sont classés en fonction de leur utilisation (ou de leur emploi).

Le travail du verre :

Si le sable quartzeux est chauffé aux environs de 2.000 °C. il fond en donnant une pâte visqueuse, translucide et malléable qui durcit en se refroidissant. En mélangeant le sable et le carbonate de sodium, on obtient une pâte non cristallisée, le verre.

4 minéraux

Tableau de renseignements

 

Subsistance et sel L’eau et le sel sont des aliments : bien que l’eau ne soit pas à proprement
parler « digérée », elle est indispensable à l’homme.
Quant au sel, il apporte une saveur particulière aux aliments, il est indispensable à l’organisme. L’industrie des salaisons en utilise des
tonnages importants.
Combustibles
et énergies
Le charbon, le pétrole, la houille blanche (encore l’eau) et depuis
quelques années l’uranium (50 % de la production d’électricité en France)
permettent aux hommes de se chauffer, de circuler sur la terre et dans
l’air, d’alimenter une énorme industrie.
Matériaux de
construction,
tuiles, conduits
Les pierres de toutes sortes, sables, argile, granulats, la chaux et les
ciments à base de calcaire, le plâtre (sulfate de calcium), les briques,
l’ardoise, sont exploités ou fabriqués dans le monde entier.
Industrie des métaux
et industrie chimique
Les minerais (oxydes, carbonates, sulfures …) permettent d’obtenir les
métaux dont l’emploi est universel et indispensable à la société moderne.
L’industrie chimique utilise une gamme immense de minéraux (notamment
les hydrocarbures et le sel).
Équipement,
vie quotidienne
Le verre, le cristal sont fabriqués à l’aide du sable, l’argile donne les
poteries, la céramique et la porcelaine (kaolin).
Les pierres de couleur, le diamant permettent de fabriquer des bijoux.
Engrais, amendement
des terres
La chaux, l’argile, la tourbe permettent d’amender les terres cultivées. Les
sels de potasse, les nitrates, les phosphates, naturels sont des engrais
indispensables à l’agriculture moderne.
Lubrifiants, abrasifs
isolants
Le graphite, le talc sont des lubrifiants, l’amiante est un isolant. La pierre
ponce, l’émeri sont des abrasifs.
Médecins L’argile, les sels marins, le calcaire pur sont utilisés en médecine ainsi
que dans de nombreux remèdes, produits à partir de minéraux.
Colorants L’argile ou ocre donne toutes les couleurs jaunes et brunes.

Sources : bordas

Comme une différence fondamentale


Importance de l'amour

 

Les Animaux ont parfois une bonne mémoire et sont capables de reconnaître, quitte à risquer leur vie, de multiples signaux.

 

La passion

Selon A Langaney, professeur de biologie, la différence fondamentale qui nous sépare des Animaux doit donc être recherchée ailleurs : elle réside dans cette association unique que constituent le cerveau humain et le langage.

Mais leur incapacité à organiser ces signaux en discours pour se représenter le monde ne leur permet pas d’organiser leur existence comme nous organisons la nôtre, ni de se transmettre, de génération en génération, l’histoire et les modes de vie de leurs ancêtres.

Plus grande encore alors est notre facilité de reconnaître ce qui, dans nos comportements sexuels, constitue la barrière infranchissable de l’humain.

Quant aux regards, caresses, pulsions, attouchements, émotions et rapports physiques, ils ne sont ni plus ni moins que de nature animale. Par contre, les relations sociales, les discours, les règles en communauté, les particularités compliquées de telle ou telle société sont plutôt du ressort de l’humain.

Les mammifères de degrés supérieurs partagent avec nous la longue durée d’éducation des jeunes, occasion d’un apprentissage qui culmine chez les grands Singes. Mais cet apprentissage qui, déjà chez le Singe, comporte une réelle et indispensable éducation affective et sexuelle, se fait par imitation gestuelle, sans que le parent se soucie beaucoup des performances du jeune. Le message transmis de génération en génération est pauvre, dérisoire par rapport à tout ce que nous transmettons par la parole, les livres, la musique ou les images.

On ne peut donc douter, d’après les faits rappelés, ni de la réalité ni de l’importance de l’amour …

 

Si ressemblants aux nôtres que soient les « flirts » et les rapports sexuels des Animaux, ils n’ont jamais quoi que ce soit de comparable à ce que font de nous la poésie, la littérature, les histoires de famille, les représentations, pour le meilleur et parfois pour le pire !

Depuis des milliers d’années les poètes nous en mettent sous les yeux d’innombrables exemples, parce qu’aucun thème ne peut égaler celui-ci en intérêt et en puissance.

Les cartes géologiques


LES CARTES GEOLOGIQUES

Lambert Azimuthal Equal-Area projection
Source Ce fichier est dérivé de   Europe geological map-en.svg:
Auteur

Les cartes géologiques ont la fonction d’être un document d’information indispensable pour les professionnels, enseignants, étudiants et amateurs ; d’un point de vue pratique, ce sont d’elles que dépend aussi une aide à la décision pour l’aménagement du territoire, la prospection des ressources minérales, l’exploration et la protection des eaux souterraines, la lutte contre les pollutions, la prévention des risques naturels et la caractérisation des terroirs.

C’est d’ailleurs là une des perfections essentielles à leur utilisation..

Les cartes géographiques fournissent une représentation graphique ; elles sont d’une complexité extrême et donnent une image du monde réel avec l’explication par les causes, qui permet au lecteur de voir la localisation des objets ou des phénomènes intéressants.

Elles sont un des aspects de l’information géographique, ensemble plus vaste qui inclut aussi les photographies aériennes et les images satellitales, les informations chiffrées ou textuelles, en rapport, de tous types et plus généralement toute information localisée à la surface de la Terre.

Les cartes et l’information géographique servent à exprimer et à transmettre les connaissances relatives à l’espace terrestre et à notre cadre de vie.
Elles contribuent ainsi à éclairer les choix et les décisions qui sont pris quotidiennement, aussi bien par les collectivités que par les individus.
Ce qui est caractéristique de leur valeur fondamentale.

 

Les volcans


En ce moment, il se lit dans les journaux, sur Internet, des éditoriaux relatifs à l’éruption du volcan Eyjafjöll, en l’Islande, perchée dans l’océan Arctique, voici une vidéo à ce sujet.

 

Si l’on en croit les rumeurs,  l’Islande ne s’est pas ramenée que des amis en Europe et elles ont grandement raison.  Elle épuiserait presque l’essence du monde : Avions restés au sol, vacanciers plus que déçus par les circonstances,  rencontres Internationales annulées, aéroports transformés en carrefours intercontinentaux : lorsque le Continent en entier observe avec colère ce pays à peine plus peuplé que certaines de nos petites villes ….
C’est ainsi que pour les populations les plus exposées à ces phénomènes, nous pouvons en arriver à nous poser la question , sans pénétrer dans les détails, mais de savoir comment se protéger, par rapport aux éruptions,  de l’existence des volcans ? et tandis que, peu à peu, le ciel des avions se dégage, de curieuses impressions sont là, venues du monde extérieur et pas toutes, comme on pourrait le croire, à mesure qu’on les regarde, négatives.
En cinq jours à peine, une autre apparition du monde était parvenue jusqu’à nous dans une autre vision du temps. Nous avons redécouvert un espace à dimension humaine.  Et nous avons appris beaucoup de choses. De ces cinq jours entre parenthèses, pendant lesquels les avions de l’hémisphère Nord furent empêchés de quitter l’Europe, on a eu le sentiment de découvrir des mots neufs. Que signifie au juste un corridor aérien ? Mot dont la signification exacte renvoie à l’étroitesse des murs et à la semi-obscurité ?  Surgissent également des leçons de ces moments. Elles sont peu nombreuses mais assez étonnantes pour qu’on s’en souvienne. L’urgence a permis aussi de découvrir des conseils auxquels nous restions sourds.
Ainsi, voilà qu’a été mis en application écologique le covoiturage et qu’on a songé à des transports de substitution ! Ainsi a-t-il été envisagé de privilégier des solutions alternatives et maritimes à des transports jusque-là dominés par la toute puissance de l’air. Formidable dirons-nous.
Pourtant …et même si des coulées volcaniques détruisent tout sur leur passage, les habitants ont généralement le temps de fuir. Cependant, dans le cas des volcans explosifs, il est pratiquement impossible de se protéger des rejets de gaz et des nuées ardentes. Les vulcanologues peuvent parfois prévoir des possibilités d’éruption et ils surveillent l’activité des volcans. Mais une telle prévision n’est pas toujours possible : au Cameroun, lors de la catastrophe du Lac Nyos, le 21 août 1986, aucun avertissement n’avait été donné aux habitants :  1 700 personnes ont péri.
Et aujourd’hui, avec la remise en circulation de leurs avions, comment ne pas à avoir peur, en tant que passager, qu’ils règlent mal leurs données…?