Le bridge/Tableaux.

JEUX DE RÉFLEXION

 

 

 

LE BRIDGE ET SES ANTÉCÉDENTS

Le whist, du mot anglais signifiant silence, et d’où naîtra le bridge, aurait été inventé pour reposer les membres du Parlement britannique d’avoir disserté tout le jour sur les affaires de l’état. Il emporta l’unanimité en France à l’époque de Voltaire; Aveline a lu, dans l’Homme aux Quarante Écus : « Mes voisins et mes voisines jouent après dîner un jeu anglais que j’ai beaucoup de peine à prononcer, car on l’appelle wisk. » Le XIXè siècle adonna son cœur avec frénésie. Barbey d’Aurevilly en aurait fait le titre d’une de ses Diaboliques.

Le Boston, variante du whist, fut inventé dans la ville américaine qui porte ce nom. Alors qu’ils étaient encerclés par les Anglais pendant la guerre de l’Indépendance, les assiégés en mirent au point les principes qui, la victoire venue, connurent le plus grand succès…

C’est vers 1867 que les joueurs de whist commencèrent dans le monde à pratiquer le bridge (du mot anglais qui signifie pont, il y a une explication que je vous donnerai plus tard (si vous aimez les histoires de Fedora sur ce blog). Ses règles s’enrichirent à travers ses différentes parties, bridge aux enchères, bridge-plafond, enfin bridge-contrat.
Le bridge s’est tout-à-fait expatrié. Il y a seulement quelques dates à retenir, selon C. Aveline : les principaux protagonistes qui permirent son évolution sont, aux Etats-Unis, Milton Work (1925), Ely Culbertson (1928) Vanderbilt (1930), et en France Pierre Albarran (1935) pour en augmenter l’intérêt.
Les liens relatifs au bridge sont si nombreux sur le net, qu’il serait fastidieux et bien inutile d’en dupliquer des extraits. En revanche, les tableaux, non. Je n’en ai ouvert aucun de pratique. Alors, vous trouverez, ci-dessous, deux documents qui résument les ouvertures et les réponses au 2 majeur faible.

 

TABLEAU RÉSUME DES OUVERTURES

 

Télécharger le fichier

 

TABLEAU RÉPONSE AU 2 MAJEUR FAIBLE

 

Télécharger le fichier

 

Trouvé sur le Net

Atteinte à la moralité M. le Commissaire !Plainte d’un résident

 

Personnelle

Monsieur le Commissaire,

Il est de mon devoir de citoyen respectueux des lois et attaché aux principes de moralité sur lesquels se fonde notre société de vous informer des agissements honteux auxquels se livrent régulièrement un groupe de lamentables individus, dans l’établissement dit « Association de loisirs » nommé « l’As de Cœur ».

Chaque lundi soir et mercredi après-midi, ils sont entre trente et quarante des deux sexes à s’y réunir, et les commentaires et bruits divers qui filtrent derrière ces volets clos ne laissent, vous en jugerez, aucun doute sur la nature de leurs activités.

Ainsi est-il fréquent d’entendre des voix féminines soupirer « Je viens de prendre un bon coup » (quand ce n’est pas deux ou trois !) ou encore, sans la moindre gêne : « C’était vraiment une manche tendue ». Et même, ces propos peuvent être entendus hors du club, ces personnes continuant leur discussion oiseuse dans la rue.

Je précise que ces soirées ou ces après-midi orgiaques sont dirigées par une sorte de maître de cérémonie qui orchestre ces débats en invitant d’une voix lubrique les participants à « changer pour une nouvelle position », tout en décrivant avec une délectation perverse les mouvements des paires qui montent ou qui descendent inlassablement.

Si encore, Monsieur le Commissaire, ne se retrouvaient dans ce centre du vice que des adultes endurcis ! Hélas non ! Je sais, pour l’avoir entendu, qu’il y existe des « mineures affranchies » qui s’y sont laissées entraîner, et qui, après avoir été initiées au « placement de main », sont allées jusqu’à pratiquer des « squeezes » (?) impitoyables.

Dans ce tourbillon frénétique et libidineux où, sans la moindre pudeur, sont dévoilées les caractéristiques anatomiques les plus intimes, les uns vantent leur « belle longue », d’autres se plaignent de leur « toute petite ouverture ».

On y parle effrontément de deux ou trois « Passe » d’affilée, le tout agrémenté de commentaires du genre « J’ai préféré tirer un coup de sonde pour le cas où la dame serait sèche ».

Et puis ils s’encouragent par des « bravo partenaire ! », « merci partenaire ! ».

Inutile, Monsieur le Commissaire, de m’étendre davantage sur cet étalage de débauche. Le reste s’imagine ! Alors, je vous en supplie, intervenez rapidement et confondez ces ignobles individus qui risquent de contaminer la population toute entière.

Les gens honnêtes vous en sont, à l’avance, reconnaissants.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.