Le contrepèterie

JEUX DE MOTS

François Rabelais - Wiki
François Rabelais (1483–1559)

 

La contrepèterie (dont l’étymologie est transparente) semble avoir été inventée par Rabelais, qui l’appelait antistrophe :  » Car (Panurge) disait qu’il n’y avait qu’une antistrophe entre femme folle à la messe et femme molle à la fesse… » (Pantagruel, ch. XVI.)

 

Baptisée et définie un peu plus tard par Etienne Tabourot, seigneur des Accords, dans son traité facétieux sur les jeux de mots, Bigarrures et Touches, la contrepèterie subit une éclipse jusqu’à la fin du XIXe siècle. Alphonse Allais, Alfred Jarry lui rendent alors sa vogue. Louis Perceau en publie une anthologie, La redoute des Contrepèteries. Son prestige s’accroît encore avec les surréalistes, mais c’est Léon-paul Fargue qui porte le genre à la perfection. La contrepèterie lui était devenue si naturelle qu’elle surgissait dans ses moindres propos.

 

La contrepèterie, qui, dans sa forme originelle et selon la définition du seigneur des Accords, consistait « à trouver deux mots, les premières lettres desquels échangées, leur donnent une diverse signification », se permet beaucoup d’autres libertés en jouant aussi bien sur les finales que sur n’importe quelle syllabe. Elle tient à la fois de l’anagramme par son mécanisme et du calembour par son effet cocasse. Mais, quoi qu’on pense, il n’est pas nécessaire qu’une contrepèterie soit vulgaire ou licencieuse pour être spirituelle.

 

En voici quelques preuves :

 

DUO :
Dans le taillis Dans le taillis
Oyez, oyons, Oyez, oyons
Le gazouillis Le gazillon
De l’oisillon De l’oisouillis
Sous la charmille Sous la charmille
Que l’aube mouille Que l’aube mouille
Perle son trille Perle son trouille
Comme il gazouille Comme il gazille
Elle est charmouille
Non, je bafouille
(ALFRED JARRY : L’Objet aimé.)

 

Dites les transes de la confusion
Et non les contusions de la France.
                                                                                                                  (ROBERT DESNOS : Corps et Biens.)

Saint-Rémi ayant ordonné à Clovis, avant de le baptiser : « Courbe-toi, fier Sicambre! » Clovis lui répondit, selon Alphonse Allais : « Cambre-toi, vieux si courbe! »

Parodiant le vers célèbre d’Edmond Haraucourt : « Partir, c’est mourir un peu », Jacques Prévert écrit : « Martyr, c’est pourrir un peu. »

Léon-Paul Fargue appelle la rosette de la Légion d’honneur : la roseur de la Légion d’honnête, « comme dirait le sénateur Duplantier, qui peut avoir des travers incommodes, mais qui est un bon humoriste et président de l’Académie de contrepèterie de Poitiers ». (Textes. Toast à Marcel Abraham.)

 

ALERTE DE LAERTE :
Ophélie
est folie
et faux lys :
aime-la
Hamlet!
(MICHEL LEIRIS : Bagatelles végétales.)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.