Le calembour

Jeux de mots

Victor Hugo
Victor Hugo vers 1884

Le calembour a pris naissance avec la conversation et durera autant qu’elle. Les auteurs anciens, d’Homère à Ciceron, y trouvaient grand plaisir. Bien qu’il le définisse, dans Les Misérables, « la fiente de l’esprit qui vole », Victor Hugo en faisait beaucoup.

Particulièrement apprécié en France au XVIe siècle sous l’appellation d’équivoque, le calembour prit son nom, au XVIIIe, de l’abbé de Calemberg, héros populaire du Moyen Age germanique. L’ayant ainsi baptisé, c’est Nicolas Mareschal, dit le marquis de Bièvre, qui le remit à la mode et lui consacra sa vie. Il publiait en 1770 une Lettre écrite à Madame la comtesse Tation, par le sieur de Bois-Flotté, étudiant en droit fil, puis successivement un Almanach des Calembours, la Fée-Lure, l’Ange-Lure;

Un recueil posthume, les Bievriana, recueillit les meilleurs en même temps qu’il lui en prêtait sans doute beaucoup d’autres.

Cent cinquante ans plus tard, Tristan Bernard devait connaître pareille fortune.

Le calembour est fondé sur l’équivoque provoquée par des mots phonétiquement semblables tout en différant par le sens : serein et serin, un nez fait de lard et un effet de l’art, les Alyscamps-cans pour des commérages en Arles, ou ce reproche qu’un Gantois pourrait faire à l’œuvre de Maeterlinck, né à Gand et Flamand d’origine : ce n’est pas enflammant.

Les exemples sont infinis. Ils vont du pire au meilleur, car tout amateur de calembours sait bien qu’il lui en faut faire dix mauvais pour en trouver un excellent.

Quelques bons spécimens :

 

De Rabelais, dans Pantagruel, chapitre XIV :

 

« O compaing ! (dit Pantagruel en célébrant le vin et la soif), si je montasse aussi bien comme j’avale, je fusse déjà au-dessus la sphère de la lune…! » (Le verbe avaler s’employait alors aussi bien pour descendre – aller en aval – que pour faire descendre, comme il est usité aujourd’hui).

 

Des Bievriana :

 

« En 1785, le ciel du lit de M. de Calonne (nouveau ministre des Finances et déjà fort impopulaire), comme il dormait profondément, se détacha et lui tomba sur le corps. Lorsque Bièvre apprit cette nouvelle, il s’écria : « Juste ciel ».

« Louis XVI s’amusait quelquefois de ses pointes; dans un moment de gaieté, il demanda un calembour.

 

« Sur quoi ? « dit Bièvre. – Sur moi, répondit le roi. – Sire, reprit-il, « vous n’êtes pas un sujet. »

 

Et ce poème d’Alphonse Allais, Le châtiment de la cuisson appliqué aux imposteurs :

 

Chaque fois que les gens découvrent son mensonge,
Le châtiment lui vient, par la colère accru.
« Je suis cuit, je suis cuit! » gémit-il comme en songe.
Le menteur n’est jamais cru.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.