Les animaux tueurs

Si chaque jour, environ 100 espèces animales et végétales disparaissent de la surface de la Terre, irrémédiablement, sur les quelques 2 millions d’espèces recensées, il semble que ce soit peu. Surtout que les extinctions font partie d’un phénomène naturel.

La Terre en a déjà connu plusieurs de grande ampleur : ainsi, il y a 65 millions d’années, un tiers des espèces, dont tous les dinosaures, ont disparu d’un seul coup, sûrement en raison de la chute d’une météorite géante sur la Terre.

En 2004, l’Union mondiale pour la nature a dressé une liste rouge de 15 600 espèces menacées. Parmi elles, le faucon pèlerin et l’ours brun d’Europe ; le grand panda et le tigre d’Asie ; le ouistiti et le lynx roux d’Amérique ; l’éléphant et le gorille d’Afrique ; le papillon bleu et la grenouille mouchetée d’Océanie.

Et s’il faut lutter pour conserver ces animaux là, il est d’autres espèces bien moins sympathiques, celles qui, pour assurer leur survie, développent un système de défense autrement plus radical que les griffes ou les crocs, il s’agit du venin. Des chercheurs ont découvert le premier crustacé venimeux, appartenant à la classe des rémipèdes qui utilise ses antennes pour injecter une neurotoxine et des enzymes à ses proies.

Selon l’article publié par Morgane Henry sur Gentside Découverte, de nombreuses espèces, non encore en voie de disparition, misent sur les substances toxiques pour se défendre et attaquer. Certaines avec du poison absorbé ou ingéré, le venin, lui, est toujours injecté. Ainsi, chaque animal venimeux possède un mécanisme qui lui permet d’injecter directement sa toxine dans un autre animal : queue, épine, crochets, éperon, crocs, les choix sont multiples.

Ces variétés se rencontrent chez certains animaux définis comme les plus toxiques au monde.

Le poisson-globe. La mort provoquée par le poisson-globe est violente et rapide. Son poison entraîne étourdissements, vomissements, une accélération du rythme cardiaque, des difficultés à respirer et une paralysie musculaire. Les victimes meurent par suffocation entre 4 à 24 heures après l’ingestion et il n’existe pas d’antidote. Le poisson-globe a causé 20 à 44 incidents par an, entre 1996 et 2006. Concernant un plat culinaire réputé au Japon, le fugu, depuis, seuls les chefs qualifiés sont autorisés à le préparer, à cause de la peau qui s’avère mortelle.

Le taïpan du Désert. Le serpent « le plus venimeux au monde » est le Taïpan du Désert qui vit en Australie. Une seule petite morsure de l’animal contient assez de venin pour tuer 100 humains adultes ou une armée de 250.000 souris. Son venin est au moins 200 à 400 fois plus puissant que celui du cobra. En injectant une neurotoxine, le Taïpan du Désert peut tuer un homme adulte en moins de 45 minutes. Ce reptile est connu pour se montrer timide et peureux d’où aucune victime humaine n’a jamais été rapportée.

Les araignées-bananes. Les Phoneutrias, ou araignées-bananes, ont été reconnues, en 2010, comme « araignées les plus venimeuses au monde », par le Guinness World Records. Responsable de la plupart des morts humaines par morsure d’araignées, cet animal injecte à ses victimes une neurotoxine, plus puissante que le venin de n’importe quelle araignée. Le principal danger provient de ses déplacements rapides et insoupçonnables. Animal nocturne, l’araignée se cache la journée dans des zones habitées comme les maisons ou les voitures, mais aussi dans les vêtements ou les chaussures. Son venin engendre une douleur intense et peut entraîner un dysfonctionnement érectile chez l’homme.

Le poisson-pierre. Le poisson-pierre est jugé comme l’un des « poisson le plus venimeux au monde ». Caché dans les récifs, sa zone dorsale possède 13 épines qui injectent du poison contenu dans deux poches attachées à chaque épine. Sa piqûre, en fonction de sa profondeur, provoque douleurs intenses, choc, paralysie et nécrose des tissus. Ce poisson évolue sur les fonds des eaux tropicales de Pacifique et de l’Océan Indien.

Le rôdeur mortel. Contrairement aux croyances, la plupart des scorpions sont relativement peu dangereux pour l’homme puisque leur piqûre produit seulement douleur locale ou gonflement. Toutefois, le rôdeur Mortel n’entre pas dans cette catégorie. Son venin est un cocktail de neurotoxines qui peut causer douleur insupportable, puis fièvre, coma, convulsions, paralysie et enfin la mort. Heureusement, bien qu’ultra puissant, son venin a peu de chance de tuer un adulte en bonne santé. Ce sont surtout les enfants, les personnes âgées ou les personnes fragiles qui sont en danger.

La pieuvre à anneaux bleus. Minuscule, de la taille d’une balle de golf, mais assez puissante pour tuer un humain, la pieuvre à anneaux bleus produit assez de poison pour entraîner la mort de 26 adultes en quelques minutes, et il n’existe pas d’antidote. Considérée comme l’un des animaux les plus venimeux, sa piqûre est indolore. Toutefois, elle injecte une neurotoxine mortelle qui bloque la respiration menant à la mort.

Le cône marbré. Un très bel aspect, représenté par des objets souvenirs que l’on ramène de nos voyages sur des îles lointaines. Mais prudence, le cône marbré est aussi mortel que n’importe quel animal de cette liste. Un seule petite goutte de son venin peut tuer plus de 20 hommes. Par conséquent, n’y touchez pas si vous nagez dans un océan tiède. Les effets du venin peuvent être immédiats comme retardés. Il engendre alors douleur intense, gonflements, paralysie musculaire ou encore blocage de la respiration. Le cône marbré utilise une sorte de « harpon » rempli de venin qu’il lance dans une contraction musculaire vers sa proie. Actuellement, il n’existe pas d’antidote mais ‘seulement’ une trentaine de victimes ont été enregistrées.

Le cobra royal. Considéré comme le serpent venimeux le plus long du monde (jusqu’à 5,6 mètres), le Cobra royal est réputé pour se nourrir d’autres serpents. Une seule morsure peut entraîner la mort d’un adulte sain en 15 minutes. Il est même capable de venir à bout d’un éléphant d’Asie adulte en moins de 3 heures s’il le mord sur une zone vulnérable, comme la trompe. Son venin n’est pas aussi toxique que celui de certains autres serpents mais le cobra royal est capable d’en injecter au moins 600 mg en une fois. Il est le serpent qui peut provoquer le plus rapidement la mort.

Les dendrobates. Les dendrobates sont probablement le cadeau le plus empoisonné au monde : des grenouilles adorables mais mortelles. Longue de cinq centimètres en moyenne, la denbrobate dorée possède assez de poison pour tuer 10 hommes ou 20.000 souris. En effet, leurs couleurs magnifiques et variées sont associées à leur toxicité et à leurs niveaux d’alcaloïdes respectifs. Les dendrobates sécrètent une toxique alcaloïde qui recouvre ensuite leur peau. Leur contact est mortel. Ce poison vient du fait qu’ils s’alimentent en insectes venimeux. Si leurs aliments perdent leur toxicité, ces grenouilles deviennent alors inoffensives.

La méduse-boîte. Elle a le prix de « l’Animal le plus venimeux au Monde ». Depuis 1954, elle a causé au moins 5.567 morts à travers le monde. Ses toxines attaquent le coeur, le système nerveux et les cellules de la peau. Son venin est tellement puissant que les victimes humaines sont directement en état de choc et se noient ou meurent d’insuffisance cardiaque avant d’avoir pu atteindre la plage. Il n’y a aucune chance de survie, à moins d’être traité très rapidement en appliquant du vinaigre pendant au moins 30 secondes. Les méduses-boîtes évoluent dans les eaux d’Asie et d’Australie.

Eléphants en liberté, en Tanzanie

Alors 100 espèces de moins par jour, est-ce si problématique ? Oui, car cette sois, nous en sommes responsables. Evitons de raser les forêts et de polluer, en agissant ainsi l’homme détruit certaines lantes et bêtes. Et comme dans un milieu naturel tel oiseau mange tel insecte et tel rongeur se terre dans tel arbre, il détruit par ricochet d’autres espèces.

Alors que faire face au danger ? Dans toute situation de rencontre inopinée, il est nécessaire de  ne jamais les déranger,  jamais essayer de les toucher, nous commencerons par éviter l’agressivité. Il ne faut pas que l’animal se sente menacé et morde pour se défendre. Et toujours protéger son corps, ses mains, lors de randonnées aquatiques ou pédestres.

Source :  © Gentside Découverte, Maxisciences

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.