LES ESSENCES

Nul ne peut ignorer le pouvoir de cicatrisation par les essences, lequel se produit rapidement, sans accidents toxiques ni formation de cicatrice

Retourner à ces méthodes est du plus haut intérêt, tant pour le malade que pour la collectivité. Nous allons voir de quelles manières et comment les maladies de la peau sont justiciables d’un traitement par les huiles essentielles.

 

Les essences ont une action cicatrisante

L’importante activité des essences aromatiques vis-à-vis des constituants des tissus explique leur pouvoir antiseptique. Elles ont en outre un pouvoir « embaumant », et un grand pouvoir de reconstitution tissulaire, c’est-à-dire cicatrisant à propos des brûlures et des plaies.

Dans le cas des maladies de la peau, ces lésions indiquent une composition anormale des téguments et la présence d’un facteur de désintégration. Les essences provoqueront, outre l’arrêt de la désintégration, une synthèse des tissus qui aboutira à leur reconstruction.

Des guérisons à la clé

Une odeur agréable est contemporaine et facteur de santé comme de beauté. En cas de maladies, des essences sélectionnées doivent permettre d’obtenir la guérison, car, modifiant l’odeur (par des réactions physico-chimiques), elles doivent normalement modifier la forme.

La pratique confirme ces données. Pour plus de précisions, se rapporter aux différentes propriétés des phénols et des alcools.

Elles soignent les dermatoses diverses

Eczémas secs, suintants, l’acné, rougeurs trouvent leur solution dans le traitement aromatique local et général (une lésion cutanée est toujours l’indice d’un mauvais état organique). Or, l’application locale des essences agit également sur les organes sous-jacents (foie, intestin, système circulatoire).

Outre le Citral, employé en pommades ou en injectable, certaines pâtes neutres ou acides, on peut également utiliser dans le traitement de l’eczéma certains complexes particuliers d’essences de fleurs (tant françaises qu’exotiques).

Elles possèdent une action non irritante

Ces produits agissent également sur nombre d’affections cutanées les plus diverses. Elles sont notamment l’acné, les plaies atones, certains psoriasis, gale du ciment, masque de grossesse. Mises à part quelques essences fortement rubéfiantes comme la moutarde, la cannelle, le girofle, la térébenthine, le pin, le cyprès, la grande majorité n’a qu’une action irritante des plus réduite sur les téguments.

Les essences déterpénées sont sans action irritante sur les divers tissus.

En conclusion

Les propriétés d’absorption de la peau ont, de tout temps, été utilisées dans le traitement d’affections générales et la pharmacopée moderne présente des diversités précieuses destinées par des applications cutanées à entraîner un retentissement absolu sur l’organisme grâce à ces fidèles essences.

 

LES POMMADES

 

Fabrication aux huiles essentielles

On appelle pommades par les essences, par opposition à celles faites par infusion des fleurs ou par enfleurage, des pommades qu’on fabrique avec des essences lesquelles lorsqu’elles ont été préparées avec des matières premières de choix, sont d’une excellente qualité.
Crème à la rose


Pommades par les essences

 

Pommade à la rose

Ingrédients :

Graisse blanche 500 gr
Huile d’œillette 100 gr
Blanc de baleine ou cire blanche  50 gr

 

Conseils de préparation :

Fondre la graisse et la cire blanche ou le blanc de baleine ensemble. La fusion étant opérée, on ajoute l’huile, on passe le mélange chaud dans un linge blanc puis on bat dans un mortier de marbre jusqu’à complet refroidissement. Si la pommade doit rester blanche, on n’ajoute aucune matière colorante.
Mais si elle doit être colorée, on y introduit la substance propre à la couleur qu’on souhaite obtenir.
Pour l’avoir rouge, on emploie l’orcanette :

– Faire infuser 2 gr de cette matière colorante en poudre dans les 100 gr d’huile préalablement chauffée,
– On peut obtenir une nuance jaune en remplaçant l’organette par 1 ou 2 gr de rocou que l’on ajoute au mélange des matières grasses,
– Passer ensuite à travers une étamine,

– Parfumer avec :

. essence de géranium           : 5 gr
. essence de rose                    : 1 gr
. essence de cannelle de chine : ¼

On ne doit inclure les essences que lorsque la pommade commence à se figer.

Autre formule
Graisse blanche épurée 1.000 gr
Essence de géranium 6 gr
Essence de verveine 3 gr
Essence de girofle (onéreuse) 1 gr

 

Autre formule moins onéreuse

 

Graisse blanche épurée  1.000 gr
Essence de bergamote ou de citron 6 gr
Essence de girofle 4 gr

Conseils : Colorer avec l’orcanette ou la laque carminée.

 

Pommade fine à la vanille

 

Graisse blanche épurée dans laquelle on a fait infuser
pendant douze heures 60 gr de benjoin en poudre :
1.000gr
Y ajouter :

– teinture de vanille 

10 gr
– essence de girofle  6 gr
– essence de citron 6 gr
– essence de cannelle 2 gr
– teinture d’ambrette colorée avec un peu de cacao en poudre très fine  5 gr
Autre demi-fine
Graisse épurée sans benjoin 1.000 gr
 

Essence de girofle 
6 gr
Essence de citron 6 gr
Colorer au cacao 2 gr

 

Pommade à l’amande amère
Graisse blanche épurée 1.000 gr
 

Essence d’amandes amères naturelle 
6 gr
Essence de citron, de cédrat ou de portugal 6 gr
Pommade à la fleur d’oranger
Graisse blanche épurée  1.000 gr
Essence de néroli  8 gr

Conseils : Selon choix, colorer avec une pincée de safran. Pour une pommade blanche, on n’ajoute aucun colorant.

 

Pommade à la violette
Graisse blanche épurée préparée à l’iris de Provence  750 gr
Corps de pommade à la violette  250 gr

On peut encore préparer cette pommade avec

graisse blanche préparée à l’iris : 500 gr
– pommade à la cassie : 250 gr
–  pommade au jasmin : 250 g.

 

Sources : familiales

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.