Mystère Pascal

En cette période de mystère pascal, rapportons trois paragraphes écrits dans Les évangiles et l’histoire de Jésus de xavier Léon-Dufour, Parole de Dieu aux Éditions du seuil.

L’évènement, est d’abord la Résurrection, comme pour Paul et pour l’épître aux Hébreux. « Le sang de Jésus nous purifie de tout péché » (1,7), car Jésus a été victime de propitiation pour nos péchés, pour ceux du monde entier » (2,2); il « a paru pour ôter les péchés » (3,5) et « détruire les oeuvres du diable » (3,8).

Comme saint Paul, l’auteur de l’épître aux Hébreux met en relief la mort rédemptrice de Jésus : crucifié hors de la porte de la Cité (13,12), Jésus a ôté les péchés par son sacrifice, unique (9,26,28). A plusieurs reprises, il est dit que cet évènement du passé est unique en son genre (10,2). Comme le disait Paul; celui qui a accompli l’acte rédempteur est le Fils éternel, « resplendissement de la gloire de Dieu, effigie de son être » (1,3); il reviendra une seconde fois, non plus pour expier le péché, mais pour donner le salut à ceux qui l’attendent (9,28;10,37).

L’originalité de l’auteur réside surtout en ce que l’évènement de la mort du Sauveur se dilate également vers ce qui la précède. Cette mort, Jésus l’assume par une volonté qui accueille le dessein de Dieu (10,7), lorsque, « entrant dans le monde », il lui faut « façonné un corps » (10,5); elle n’est plus simplement l’instant final de sa vie, elle est une souffrance qui a duré, qui a laissé à la liberté du Sauveur le temps de s’exprimer. Jésus est « couronné de gloire et d’honneur, parce qu’il a souffert la mort…, goûté la mors » (2,9), et fut ainsi rendu, « parfait par les souffrances » (2,10).

La crucifixion

Le Calvaire, en araaméen Golgotha, où les soldats ont conduit Jésus (Mc., 15,22) était une éminence dénudée présentant vaguement l’aspect d’un crâne. Plus tard ce nom, dont le sens paraît avoir été originairement le même que celui du français Chaumont, servira de point de départ toutes sortes de spéculations et de légendes : Golgotha deviendra le lieu où a été déposé le crâne d’Adam.
Il n’y avait pas, dans l’antiquité, d’emplacements spécialement réservés aux exécutions. Elles se faisaient n’importe où, généralement à proximité des villes, au bord d’une route ou d’un carrefour, afin que les passants puissent voir le gibet. En dehors de toute tradition, les dispositions topographiques suffiraient pour rendre vraisemblable que l’exécution de Jésus a eu lieu au nord de Jérusalem, seul côté où la ville ne se terminait pas par des pentes abruptes.

Marc (15,23) raconte qu’avant de crucifier Jésus on lui offre du vin aromatisé mais qu’il n’en prend pas. On lit dans le livre des Proverbes :

Donnez des liqueurs fortes à celui qui périt,
et du vin à celui qui a de l’amertume dans l’âme,
Qu’il boive et oublie sa misère
et qu’il ne se souvienne pas de ses peines (31,6-7).

Obéissant à cette parole des Livres Saints, les femmes de Jérusalem faisaient donner une boisson enivrante aux condamnés. Le détail rapporté n’a donc aucune signification particulière. C’est un des moments du déroulement normal d’une exécution. En disant que Jésus refuse la boisson qui lui est offerte, Marc a voulu souligner que Jésus a épuisé jusqu’au bout les souffrances de la croix.

 

 

Sources : Maurice Goguel Jésus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.