Du chloroforme dans l’eau

Depuis 1973, certains dérivés halogénés, tel le chloroforme, ont été retrouvés dans l’eau (à la Nouvelle-Orléans, par exemple) et dans l’atmosphère des grandes villes. Il est possible que cette présence soit liée aux réactions chimiques qui apparaissent entre les dérivés chlorés utilisés pour rendre l’eau potable et les effluents industriels. Chez l’homme, les risques d’hépatotoxicité de ces substances ne sont pas connus, mais expérimentalement les risques de cirrhose et de cancer ont été démontrés chez l’animal.

 

CHLORURE DE VINYLE ET CANCER DU FOIE

 

Le chlorure de vinyle utilisé pour la fabrication du chlorure de polyvinyle (employé par exemple dans la fabrication des bouteilles) est un cancérigène répandu dans les fabriques de matières plastiques, dans l’atmosphère qui les entoure et les effluents qu’elles rejettent. Chez les travailleurs de ces manufactures, le risque de cancer du foie est connu, mais il existe aussi sans doute pour ceux qui vivent auprès de ces usines.

Corps Humain

En résumé : la pollution de l’air, de l’eau et la toxicité des produits chimiques employés quotidiennement ont accru l’éventualité d’une atteinte hépatique. Le plus souvent, les risques provoqués par une substance sont, sauf accident, minimes, mais il est tout à fait vraisemblable qu’ils peuvent s’additionner et même se potentialiser. Autrement dit, par le mécanisme de l’induction enzymatique, une substance elle-même très faiblement toxique peut accroître considérablement la toxicité d’une autre substance qui elle-même était initialement peu toxique. Rien n’interdit par exemple de penser que la consommation d’alcool, même à dose modérée, peut accroître la toxicité de certains polluants, et inversement que ceux-ci peuvent accroître le risque de maladie alcoolique du foie, lors de la consommation de doses modérées d’alcool. Cette interaction pourrait notamment expliquer, en partie, les différences considérables de sensibilité du foie à l’alcool observées d’un individu à l’autre et rendre compte du développement d’une cirrhose chez des femmes consommant au plus trois verres de boissons alcoolisées chaque jour.


Sources : géologie Bordas, Fotolia

3 réflexions sur “Du chloroforme dans l’eau

  1. Le 06 juin 2010 à 09:07 – envieBonjour Geneviève ! j'ai vu une émission l'autre jour portant sur l'eau du robinet et sa qualité en France ! Terrifiant ! BiZous ! Daphnée

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.