L’observation directe du rift

Concernant le rift, interprétant les résultats, les géologues ont pensé qu’une émission de laves basaltiques avait lieu au milieu des dorsales, dans le rift. Il leur est donc apparu essentiel d’aller voir directement ce processus. Ce projet a été rendu possible grâce à d’étonnants moyens technologiques.

Français : Ride médio océanique, gradin, rift, zone effondrée
Date
Source Own work. This file was derived from:  Ride médio océanique.PNG
Author

 

Depuis peu, on sait regarder directement le plancher océanique grâce à des submersibles de grande profondeur capables de supporter les énormes pressions qui règnent sous plusieurs milliers de mètres d’eau. Ainsi trois submersibles furent utilisés au cours de la première campagne d’exploration en 1973-1974 : l’Archimède, l’Alvin (capable de descendre à 4000 m), la soucoupe Cyana (capable d’atteindre 3000 m); les 51 plongées effectuées au niveau du rift au sud des Açores permirent la réalisation de la première « carte géologique » par 3000 m de profondeur.
Depuis, plusieurs autres campagnes ont été réalisées et d’autres zones ont été explorées (dorsale du Pacifique, au large de la Grèce). Des submersibles plus performants sont nés (voir par exemple la photographie du Nautile).
Il faudra attendre des progrès technologiques nouveaux pour explorer les fosses les plus profondes qui atteignent 11 000 m à la périphérie du Pacifique. On peut espérer connaître des découvertes remarquables. Les zones à étudier ne manquent pas : 99,99 % de fonds océaniques n’ont pas encore été observés visuellement.
 Cette photographie réalisée en 1973 (document inédit à l’époque) donne une idée du « paysage géologique » de la zone axiale du rift atlantique. La fissure visible est orientée parallèlement à l’allongement du rift. Sa largeur est d’environ deux mètres. Les roches sont des laves basaltiques dont l’aspect est caractéristique des épanchements basaltiques sous-marins.

2 réflexions sur “L’observation directe du rift

  1. Le 01 septembre 2009 à 19:59 – loiseaulyre2On a du mal a imaginer tout cela de l'endroit où on est. Et pourtant c'est bien de l'endroit où l'on vit dont il est question. Bisous !!

    J'aime

  2. Le 01 septembre 2009 à 23:54 – leblogababaL'univers marin comme tu le rappelle à juste titre est encore un monde inconnu,les fractures de l'écorce terrestre sont bien visibles du ciel, mais les failles marines c'est autre chose.allervoir ce qui se passe à 11 kilomètres sous l'eau sera une aventure passionnante

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.